fbpx

Google pourrait fermer Google Actualités si l’UE décide de taxer le service

Par

le

Google menace de fermer son service Google Actualités au sein de l’Union Européenne si l’Europe appliquait une directive fiscale prévue.

Google a prévenu que son service Google Actualités pourrait fermer au sein de l’Union Européenne si l’article 11 était adopté par l’Europe.
L’article 11, frère du très décrié article 13, propose une taxe sur les sociétés telles que Google si elles font un lien vers un article d’actualité publié par un éditeur reconnu. Étant donné que Google Actualités est un service entièrement composé d’articles d’actualité publiés par des éditeurs, il faudrait que la société paie de lourdes charges pour continuer à exister.

Cet article vise à indemniser les éditeurs de presse pour les faibles revenus de la publicité en ligne. Comparé aux gains plus élevés que l’on trouve habituellement dans l’édition imprimée, la publicité en ligne étant principalement contrôlée par les propres systèmes de Google, les retours peuvent être minimes. La solution de la Commission européenne à ce problème consiste à taxer les sites contenant des liens vers des publications en ligne.

Cependant, dans une interview accordée au Guardian, Richard Gingras, vice-président de Google chargé de l’information, a laissé entendre que Google News devrait fermer ses portes dans les pays de l’UE si l’article 11 était adopté. Autrement dit, à moins que l’UE ne veuille modifier quelque peu sa formulation. «Nous ne pouvons pas prendre de décision tant que nous ne connaissons pas la décision de l’UE», a-t-il expliqué, ajoutant que «ce que nous voulons, c’est travailler avec les parties prenantes».

La société fait pression sur l’UE pour changer le libellé de cet article. Cependant, Google n’est pas vu d’un bon oeil par l’UE après avoir été condamné à une amende de plusieurs milliards d’euros en août. Gingras a tenu à souligner que Google Actualités est l’une des rares branches à but non lucratif de Google. «Ce n’est pas un produit générateur de revenus pour Google», mais il décrit davantage cette initiative comme un service précieux pour la société.

Fermeture en Espagne

En 2014, l’Espagne a tenté de mettre en place sa propre «taxe sur les liens» pour Google, ce qui a conduit à la fermeture de Google News, et entraîné une baisse du trafic des éditeurs espagnols. La baisse moyenne du trafic sur les sites a été supérieure à 6%, bien que certains aient perdu jusqu’à 14% de trafic, ce qui a eu des répercussions sur les revenus du commerce électronique et de la publicité, ce qui constitue certainement une preuve irréfutable de la pertinence de Google Actualités.

Toutefois, certains membres de l’équipe dirigeante de Google ont créé un précédent en ce qui concerne le projet de loi de l’UE. La PDG de YouTube, Susan Wojcicki, a initialement déclaré que la plateforme devrait bloquer les uploads en provenance des pays de l’UE en raison de l’Article 13, mais a depuis accepté les changements avec enthousiasme. Reste à savoir si Google va réellement fermer Google Actualités dans l’UE ou s’il s’agit tout simplement un moyen de mettre la pression sur l’UE.

Bien que l’article 11 semble avoir été créé avec les meilleures intentions du monde, ses ramifications pourraient être dévastatrices pour l’information en ligne. La plupart des sites d’informations renvoient à d’autres sites, tels que le précédent lien vers The Guardian, dans cet article, et peu d’éditeurs seraient disposés à payer pour le privilège d’inclure des liens vers des sites concurrents. De plus, Google n’est pas la seule entreprise à fournir des services globaux de grande valeur. Des sites tels que NewsNow, Rotten Tomatoes et Metacritic seraient tout aussi durement touchés, et leur suppression pourrait avoir d’énormes répercussions pour les plus petits éditeurs qui dépendent de ces liens.

Il est clair que l’UE a certes du pain sur la planche pour que l’article 11 fonctionne réellement pour tout le monde, mais il reste à voir si Google saura le convaincre du contraire.

Articles recommandés