fbpx

Un ado australien a piraté les serveurs d’Apple et volé 90 Go de fichiers sécurisés

Par

le

Un adolescent de Melbourne a plaidé coupable après avoir piraté le réseau informatique d’Apple, où il a accédé aux fichiers des clients et téléchargé 90 Go de fichiers sécurisés.

On pense généralement que les serveurs d’Apple ne sont pas piratables et, à ce jour, la société n’a subi aucune violation massive qui aurait exposé les données des utilisateurs à des pirates informatiques. Eh bien, il se trouve que même si la plupart des pirates ne peuvent pas accéder aux serveurs d’Apple, un Australien de 16 ans, passionné par Apple, a réussi à voler quelque 90 Go de fichiers sécurisés et à accéder aux comptes des clients. Si l’ado a été assez intelligent pour pirater l’entreprise, il n’a pas été assez intelligent pour cacher les fichiers volés ailleurs que dans un dossier nommé « hacky hack hack ».

L’avocat de l’adolescent a déclaré que le jeune était un grand fan de l’entreprise et voulait travailler pour Apple. Son nom ne peut pas être révélé car il est toujours mineur, mais aussi parce qu’il est une personne bien connue dans la communauté internationale des pirates informatiques.

L’enfant a apparemment utilisé des VPN et d’autres systèmes pour cacher son identité et pirater les serveurs d’Apple pendant environ un an. Il avait également accès aux clés autorisées, celles qui autorisaient l’accès aux utilisateurs et devaient être extrêmement sécurisées. Le piratage a apparemment « fonctionné sans problème » jusqu’à ce que Apple apprenne ce qui se passe. Il est difficile de savoir quel type de données le pirate a volé, ou comment tout cela s’est passé.

Alors que l’attaquant tentait de cacher son identité, Apple a pu identifier les numéros de série des ordinateurs portables utilisés pour réaliser les attaques, et c’est ainsi que l’enquête a abouti en Australie. La police fédérale australienne a saisi deux ordinateurs portables, un téléphone portable et un disque dur, découvrant la preuve du piratage, y compris le dossier « hacky hack hack ».

L’adolescent a apparemment utilisé WhatsApp pour se vanter de ses réalisations auprès des autres personnes de son milieu. Il a plaidé coupable au tribunal et attend maintenant le verdict d son jugement.

Articles recommandés