Business

Amazon admet des conditions de travail illégales dans une usine partenaire en Chine

Par

le

À la suite d’une enquête, Amazon a reconnu qu’une usine de Foxconn en Chine fait subir des conditions de travail illégales à ses employés qui fabriquent des enceintes Echo et des liseuses Kindle.

Les conditions de travail illégales sont une réalité trop commune dans les usines technologiques, et Amazon vient de le démontrer. À la suite d’une enquête conjointe entre China Labour Watch et le Guardian, Amazon a reconnu qu’une usine de Foxconn à Hengyang, en Chine, a enfreint les lois du travail tout en fabriquant des enceintes Echo et des liseuses Kindle. Un audit effectué en mars a révélé que plus de 40% des employés étaient des travailleurs intérimaires aux salaires faibles (qui ne reçoivent pas de vacances ou de congés maladie et peuvent être licenciés sans être payé), ce qui constitue une violation manifeste des 10 % prévus par la loi. De plus, les employés qui effectuaient des heures supplémentaires étaient payés à leur taux normal, plutôt que le temps et demie exigé par les lois chinoises et par Amazon lui-même.

En plus de cela, les travailleurs de Hengyang ont été payés beaucoup moins que ceux des autres usines Foxconn. Un employé qui fabrique des produits Apple à Shenzhen a un salaire mensuel de base de 2 400 yuans (375 dollars), mais l’un des travailleurs d’Amazon Hengyang commence à 1 750 yuans (273 dollars) par mois. Les deux sont considérablement inférieurs à un salaire de subsistance estimé à environ 710 dollars, incitant les employés à travailler jusqu’à 80 heures supplémentaires dans le cas de l’usine de Hengyang.

Amazon a déclaré avoir pris des mesures contre ces pratiques, avec notamment une demande d’un «plan d’action corrective» de l’usine de Hengyang ainsi que des «évaluations régulières» pour être sûr que Foxconn promulgue les changements nécessaires. Foxconn a déclaré qu’il n’a pas fait de commentaires sur des questions impliquant des clients ou des produits actuels, mais a rapidement affirmé qu’il «travaille dur» pour honorer la loi et qu’il «rectifiera» les éventuelles violations trouvées.

Ce n’est pas la première fois qu’Amazon est réprimandé pour ses pratiques de travail, mais ces critiques se concentrent généralement sur ses entrepôts, où les travailleurs seraient confrontés à une combinaison de bas salaires, de conditions de travail dangereuses et d’intimité limitée. On pense cependant que c’est la première fois que la base manufacturière d’Amazon a été soumise à ce type de contrôle. Et malheureusement, cela montre exactement ce que beaucoup attendaient: à l’instar d’autres fabricants d’appareils géants, le géant du e-commerce s’appuie sur des usines qui sont obsédées par la réduction des coûts et qui modifient leurs pratiques qu’après des audits.

Articles recommandés