Technologie

La FCC approuve le projet d’Internet satellite très haut débit de SpaceX

Par

le

La société SpaceX d’Elon Musk vient d’obtenir la permission d’exploiter 4 425 satellites qui pourraient un jour fournir un service Internet très haut débit depuis l’espace.

La FCC, chargée de réguler les télécommunications, ainsi que les contenus des émissions de radio, télévision et Internet, a accordé à SpaceX la possibilité d’utiliser des satellites pour fournir un service Internet à des régions du monde entier. Selon l’agence, il s’agit de la première approbation d’une «constellation de satellites sous licence américaine» qui utilisera des satellites en orbite terrestre basse pour offrir des «services haut débit». Le système peut contenir plus de 4 000 satellites et a été confirmé par SpaceX en mai 2017.

La FCC veut fournir à toutes les régions des États-Unis un service Internet haut débit, ce qui signifie atteindre des vitesses d’au moins 25 Mbps. SpaceX pourrait aider à atteindre cet objectif grâce à son plan satellitaire, qui utiliserait des satellites pour transmettre l’Internet à haut débit aux États-Unis et à d’autres pays du monde entier. Selon la lettre d’approbation publiée aujourd’hui par la FCC, le système a été proposé pour contenir 4 425 satellites.

Si le service Internet ne sera pas gratuit, un tel système pourrait fournir un niveau sans précédent d’accès à Internet dans des zones qui, historiquement, n’avaient que options de service médiocres à leur disposition. De nombreuses régions rurales des États-Unis ont seulement accès par ligne commutée ou via ADSL, et certaines personnes sont obligées de dépendre de réseaux cellulaires vieillissants ou de services par satellite de faible qualité pour avoir accès à Internet.

Bien sûr, le système couvrirait également d’autres endroits dans le monde qui ont un manque ou une absence totale de service Internet adéquat. Cependant, avant d’offrir son réseau, SpaceX devait obtenir l’autorisation d’envoyer les satellites, et c’est là que l’autorisation de la FCC intervient. Le Conseil a déjà approuvé des demandes similaires de Telesat, OneWeb et Space Norway.

Le gouvernement américain requiert que l’ensemble de la constellation de l’entreprise soit lancée dans les neuf prochaines années. Bien que le timing soit très serré, SpaceX n’a pas réussi à obtenir un délais plus important. Cependant, l’entreprise a trouvé un accord avec le gouvernement américain pour propulser 1 600 microsatellites au cours des six prochaines années, et assure pouvoir débuter les premiers services dès la mise en orbite de 800 à 900 satellites.

Articles recommandés