Science

Le fossile humain moderne le plus ancien découvert en dehors de l’Afrique

Par

le

Un fossile découvert en Israël indique que les humains modernes ont peut-être quitté l’Afrique 100 000 ans plus tôt que prévu.

Il s’est passé beaucoup de choses dans l’histoire récente qui changent tout ce que nous pensions savoir à propos de l’aube de notre espèce. Maintenant, un fossile humain récemment découvert dans le nord d’Israël suggère que les premiers Homo sapiens ont quitté l’Afrique au moins 50 000 ans plus tôt que prévu.

On croyait depuis longtemps que les humains modernes sont apparus en Afrique de l’Est il y a environ 200 000 ans. Sur la base des archives fossiles, on pensait aussi que l’humanité est restée en Afrique pendant au moins 140 000 ans avant de finalement s’aventurer sur les continents environnants il y a entre 50 000 et 60 000 ans. Cette chronologie a été complètement bouleversée par les récentes découvertes de fossiles au Maroc qui ont révélé que l’origine de notre espèce remonte à 350 000 ans.

Maintenant, une nouvelle découverte dans le nord d’Israël déplace encore plus loin la chronologie de l’histoire humaine, suggérant que l’Homo sapiens a quitté l’Afrique il y a au moins 180 000 ans.

En 2002, une équipe d’archéologues creusant sur un site appelé Misliya sur le Mont Carmel en Israël a découvert les restes fossilisés d’une mâchoire humaine. On pensait que le site avait été un abri rocheux occupé par des humains préhistoriques, mais personne ne savait exactement depuis combien de temps l’occupation humaine avait commencé dans la région.

Dans un article publié vendredi dans la revue Science, l’équipe, dirigée par Israel Hershkovitz, a révélé que la mâchoire supérieure retrouvée sur ce site aurait presque 180 000 ans. La révélation signifie que les premiers homo sapiens ont quitté l’Afrique au moins 120 000 ans plus tôt que nous ne le pensions auparavant.

«Des études paléoanthropologiques récentes ont suggéré que les humains modernes ont migré d’Afrique dès le début du Pléistocène supérieur, il y a 120 000 ans»
, écrivaient les archéologues dans leur article. Hershkovitz et son équipe suggèrent maintenant que les premiers humains modernes étaient déjà présents en dehors de l’Afrique plus de 55 000 ans auparavant. Au cours de fouilles de sédiments au Mont Carmel, en Israël, ils ont trouvé un fossile d’une partie de la bouche, une demi-mâchoire gauche, avec une dentition presque complète.

Le papier continue, « l’analyse des restes humains et la datation du site et du fossile lui-même indiquent un âge probable d’au moins 177 000 ans pour le fossile, ce qui en fait le membre le plus âgé du clade Homo sapiens trouvé en dehors de l’Afrique. »

Les chercheurs ont passé beaucoup de temps à analyser le fossile de la mâchoire pour s’assurer qu’il appartenait à un humain et non à un néandertalien, qui était parmi les prédécesseurs de l’homme moderne. Au-delà de contribuer à remodeler le calendrier connu de l’évolution humaine, la découverte renforce également la notion qu’il y avait un chevauchement beaucoup plus vaste entre Homo sapiens et Néandertaliens qu’on ne le croyait auparavant.

« C’est une découverte passionnante qui pousse quelque peu le timing des humains modernes à quitter l’Afrique », a déclaré à National Geographic Darren Curnoe, spécialiste des origines humaines à l’Université de New South Wales en Australie. « Avec la découverte l’année dernière des premiers humains modernes en Afrique, nos opinions sur nos origines commencent à changer très rapidement, après des décennies de quasi stagnation scientifique. »

Articles recommandés