Science

Le trou dans la couche d’ozone au-dessus de l’Antarctique est le plus petit observé depuis 1988

Par

le

Le trou dans la couche d’ozone de la Terre qui se forme au-dessus de l’Antarctique chaque septembre était le plus petit observé depuis 1988, ont révélé les mesures de satellite de la Nasa.

Le trou dans la couche d’ozone de la Terre qui se forme au-dessus de l’Antarctique chaque mois de septembre en raison de l’air chaud a été le plus petit depuis 1988, ont annoncé vendredi des scientifiques de la Nasa et de l’Agence nationale océanique et atmosphérique (NOAA). Selon la Nasa, le trou dans la couche d’ozone a atteint son point culminant le 11 septembre, couvrant une superficie d’environ vingt fois celle de la France, 12 millions de kilomètres carrés, puis a diminué pendant le reste du mois de septembre et jusqu’en octobre.

Les mesures faites au sol et en ballon de la NOAA ont également montré la plus faible quantité d’ozone au-dessus du continent pendant le pic du cycle d’appauvrissement de la couche d’ozone depuis 1988. « Le trou en antarctique a été exceptionnellement faible cette année », a déclaré Paul A. Newman, le scientifique en chef pour les Sciences de la terre de la Nasa. « C’est ce que nous nous attendions à voir étant données les conditions météorologique dans la stratosphère antarctique. »

Ce trou plus petit cette année a été fortement influencé par un vortex antarctique instable et plus chaud, le système dépressionnaire stratosphérique qui tourne dans le sens des aiguilles d’une montre dans l’atmosphère au-dessus de l’Antarctique. En 2016, le trou dans la couche d’ozone a atteint un maximum de 25 millions de mètres carrés, soit 1 million de mètres carrés de moins qu’en 2015.

Les scientifiques ont indiqué que la plus petite superficie en 2016 et 2017 est due à la variabilité naturelle et non pas un signe de guérison rapide. Détecté pour la première fois en 1985, le trou dans la couche d’ozone en antarctique se forme pendant la fin de l’hiver de l’hémisphère sud, car les rayons du soleil qui revient catalysent des réactions impliquant des formes chimiquement actives de chlore et de brome. Ces réactions détruisent les molécules d’ozone.

Dans la stratosphère, située entre 6 et 16 kilomètres d’altitude pour sa limite inférieure (tropopause) et 50 km d’altitude pour sa limite supérieur (stratopause) de la surface de la Terre, la couche d’ozone protège la planète des radiations ultraviolettes potentiellement nocives qui peuvent causer le cancer de la peau et la cataracte, supprimer les systèmes immunitaires et endommager les plantes.

Articles recommandés