Business

Bytedance s’offre l’app de karaoké Musical.ly pour 800 millions de dollars

Par

le

Bytedance, le géant chinois du contenu numérique, s’apprête à acquérir Musical.ly, une application de karaoké, ont confirmé les deux sociétés vendredi en Asie.

Le géant chinois des médias Beijing ByteDance Technology a mis la main sur Musical.ly, une application de karaoké, ont annoncé les deux sociétés vendredi.

Bytedance a décrit l’opération comme une «fusion» et n’a offert aucun détail sur la transaction. L’agence de presse financière Bloomberg a indiqué que son prix était d’environ 800 millions de dollars, alors que le Wall Street Journal a estimé le prix à 1 milliard de dollars. Ces chiffres se comparent à une évaluation de 20 milliards de dollars pour Bytedance.

« Musical.ly continuera à fonctionner comme une plateforme indépendante, intégrant la technologie [l’intelligence artificielle] de Bytedance et tirant parti de sa portée en Chine et des marchés clés en Asie pour améliorer l’offre de Musical.ly aux utilisateurs, créateurs et partenaires », a déclaré la compagnie.

Musical.ly a été fondée en 2014 à Shanghai, par Alex Zhu et Yang Luyu et revendique désormais 120 millions d’utilisateurs. Elle a commencé comme un service de partage de vidéos et est devenue une plateforme pour le lip-syncing. En 2016, elle s’est dotée d’un module de diffusion en direct, Live.ly. L’entreprise a conclu des accords avec Viacom, NBCUniversal et le magazine Seventeen pour produire du contenu original destiné à un public plus jeune.

L’application, qui rencontre un franc succès auprès des adolescents, fait partie des services les plus téléchargés sur l’App Store et Google Play. Pour ceux qui ne connaissent pas encore Musical.ly, le but pour les utilisateurs est de synchroniser leurs lèvres et leurs pas de danse sur des extraits musicaux.

Un autre bureau devrait par la suite ouvrir à Los Angeles afin de se rapprocher des partenaires de l’industrie musicale et des réseaux sociaux. D’ailleurs, l’année dernière, son cofondateur Alex Zhu avait indiqué vouloir en faire un réseau social mondial, à la manière de Snapchat ou d’Instagram.