Monde

Les fake news sur la fusillade de Las Vegas se propagent sur Facebook, Google et Twitter

Par

le

Après la fusillade de Las Vegas, Les fake news se sont propagées sur Facebook, Google et Twitter, malgré les mesures annoncées par les géants du web.

Google et Facebook ont ​​tous deux lancé des initiatives pour éliminer les fake news, mais deux jours après la plus tragique tuerie de masse aux États-Unis dans l’histoire moderne, des fake news se sont propagées sur Facebook, Google et Twitter.

Des gens du monde entier ont parcouru les informations en ligne pour obtenir des détails sur la tragédie de Las Vegas, et les fausses informations présentées par Google et Facebook ont caché les informations vérifiées sur le drame.

Dans la soirée du 1er octobre, un homme armé a tué au moins 59 personnes et blessé plus de 500 autres à Las Vegas. Peu de temps après la tragédie, les nouvelles sur la tuerie ont commencé à inonder les plateformes de Google et Facebook.

Cependant, Google et Facebook ont ​​affiché de faux articles sur le massacre de Las Vegas, soulignant encore une fois le problème de mauvaise gestion de l’information des deux plateformes.

Dans ses résultats de recherche pour le massacre, Google a posté des liens douteux vers 4chan, un forum qui sert de terrain de jeu pour les trolls en ligne. Les utilisateurs de 4chan ont faussement nommé un individu en tant que tireur dans le tragique évènement de Las Vegas et, alors que Google a déclaré qu’il était capable de supprimer la publication 4chan de ses résultats de recherche quelques heures après l’avoir marqué comme une « Top Stories » (« A la Une ») liée à l’incident, les dégâts étaient déjà faits.

Pendant ce temps, sur la fonction Safety Check de Facebook, qui permet aux utilisateurs de voir si leurs amis ou membres de leur famille sont en sécurité en cas de catastrophe, des articles provenant de sites d’extrême droite ont été mis en avant. Les articles ont également faussement publié l’identité du tireur, ce qui a donné naissance à d’autres fake news. Comme pour Google, Facebook a pu supprimer les fausses informations sur sa plateforme, mais il était trop tard.

Les erreurs montrent que Google et Facebook souffrent toujours de la propagation des fake news malgré toutes les promesses que les entreprises ont faites pour résoudre le problème après les élections présidentielles américaines de 2016. Google et Facebook rejettent les erreurs sur leurs algorithmes défectueux, mais cela n’est pas suffisant pour de nombreuses personnes.

Des centaines de millions de personnes reçoivent leurs nouvelles de Google et de Facebook, et de fausses informations accessibles sur ces plateformes sans intervention humaine et aucune réponse immédiate en cas d’erreur ne fera qu’aggraver la culture de la désinformation sur Internet.

Articles recommandés