Facebook

Facebook teste les abonnements pour les Instant Articles sur Android

Par

le

Facebook a annoncé avoir commencé à tester l’ajout d’abonnements pour les Instant Articles sur son application Android.

Facebook a annoncé jeudi des initiatives visant à aider la presse en difficulté à attirer des abonnés payants, suite à un mouvement similaire dévoilé au début du mois par Google.

Le géant des réseaux sociaux a annoncé qu’il allait tester des «modèles d’actualités premium» pour les organisations qui diffusent leur contenu sur Facebook, afin de permettre aux éditeurs de toucher un nouveau public, en plus d’avoir un meilleur contrôle sur les prix et les revenus.

« Plus tôt cette année, de nombreux éditeurs ont identifié les abonnements comme une priorité absolue, nous avons donc travaillé avec un groupe diversifié de partenaires pour concevoir, affiner et développer un test adapté à une variété de modèles d’actualités premium »
, ont expliqué Campbell Brown, Alex Hardiman et Sameera Salari, cadres chez Facebook.

Facebook a annoncé qu’il allait bientôt déployer le test pour prendre en charge de nouveaux modèles d’abonnement dans les Instant Articles, en partenariat avec des agences de presse aux Etats-Unis et en Europe, en commençant par l’application Android.

Le réseau social a déclaré qu’il autoriserait des «paywalls» dans sa fonction Instant Articles, visant à encourager les utilisateurs à s’inscrire et à payer les organisations de presse dont le contenu est lié via Facebook. Un paywall est un système utilisé pour bloquer partiellement ou totalement l’accès à un site web à l’aide d’un système de paiements.

Si une personne s’abonne après avoir demandé, l’éditeur traitera le paiement directement et gardera 100% du revenu, Facebook a déclaré.

Facebook a déclaré que cela permettrait de divers paywalls, y compris un système «compteur» avec un nombre fixe d’articles ainsi qu’un «modèle freemium» où certains contenus sont verrouillés à la discrétion de l’éditeur.

Parmi les tests, citons Bild et Spiegel en Allemagne, Le Parisien en France, La Republicca en Italie, Telegraph et The Economist en Grande-Bretagne et aux USA le Boston Globe, Washington Post, et Hearst et Tronc, qui incluent le Baltimore Sun, Los Angeles Times et San Diego Union-Tribune.

Facebook a déclaré que les changements font partie de son projet de journalisme créé cette année visant à favoriser « un écosystème de l’information » et ainsi freiner la propagation de fausses nouvelles (fake news).

Les mouvements de Facebook et Google surviennent alors que de nombreuses organisations de presse blâment les géants de l’Internet pour encourager le contenu gratuit, tout en obtenant la plupart des revenus publicitaires provenant d’articles apparaissant sur leurs plateformes.

Plus tôt ce mois-ci, Google a annoncé des actions similaires, mettant fin à une politique du «premier clic gratuit» qui obligeait les organisations de presse à fournir au moins trois articles gratuits à indexer dans une recherche Google.

Cela sera remplacé par un modèle d ‘ »échantillonnage flexible » qui permettra aux éditeurs de demander un abonnement à tout moment, selon Google.

Articles recommandés