Business

HTC vend sa division mobile à Google pour 1 milliard de dollars

Par

le

Google et HTC annoncent un accord de 1,1 milliard de dollars qui permettra au géant américain de récupérer certains des talents et une licence de propriété intellectuelle de ce dernier.

Comme cela a été spéculé il y a quelques jours, et peut-être même souhaité, Google a acquis HTC, ou plutôt une partie de l’entreprise. Google a acheté la branche smartphone de HTC, mais donne toujours à la société taiwanaise une certaine marge de manœuvre pour ses propres smartphones. En ce qui concerne le prix que Google a payé à l’ancien géant tech ? 1,1 milliard de dollars, ce qui représente une somme insignifiante par rapport aux 12,5 milliards de dollars versés pour l’acquisition de Motorola et même moins de la moitié des 2,9 milliards de dollars après avoir vendu Moto à Lenovo.

Dans une certaine mesure, cela reflète la situation financière dans laquelle se trouve HTC avec son activité smartphone. Elle a été évaluée à 1,9 milliard de dollars cette année, il n’est donc pas surprenant de voir Google payer substantiellement moins que cela.

L’intérêt de Google pour l’achat de HTC n’est pas surprenant. La société est prise entre le marteau et l’enclume quand il s’agit d’essayer de transmettre sa vision « pure Android » aux consommateurs. Google ne peut évidemment pas compter sur les OEM pour suivre cette vision et faire ses propres téléphones pourrait aliéner ces partenaires. Cette situation compliquée, menant à cette acquisition, est la tentative de Google de trouver un terrain d’entente.

D’ailleurs, Google préfère l’appeler «un accord», sans mentionner la transaction. Essentiellement, cela signifie que les employés de chez HTC qui ont participé à la réalisation des premiers, et jusqu’à présent uniques, Pixel passeront chez Google. Ce n’est pas un secret que des talents seront utilisés pour le futur appareil « Made by Google », qui comprend non seulement les téléphones Pixel, mais aussi les Chromecasts et les enceintes connectées.

Ce n’est pas encore la fin de HTC, ni même de son activité de smartphone. L’accord comprend une licence non exclusive de la propriété intellectuelle de HTC, ce qui implique que l’OEM taiwanais est encore libre de créer ses propres smartphones. La question est de savoir s’il le voudra toujours. Au moins, cela leur ouvre la porte.

Mais peut-être plus important encore, HTC a toujours le contrôle total sur la section Vive, qui est maintenant peut-être son seul produit rentable.

Articles recommandés