Business

Le créateur d’Opera accuse Google d’abuser de son pouvoir

Par

le

Le fondateur des navigateurs Web Opera et maintenant Vivaldi a écrit un billet de blog dans lequel il accuse Google d’abuser de son pouvoir.

Le cofondateur et CEO de Vivaldi, Jon Stephenson von Tetzchner, accuse Google d’abuser de sa position dominante dans les entreprises de recherche Internet et de publicité numérique dans le but d’étouffer ses concurrents et de pénétrer d’autres marchés en utilisant des mesures déloyales. Dans un billet de blog publié lundi, M. von Tetzchner a fait référence à la société Alphabet comme «intimidateur» et a déclaré que l’entreprise n’était pas en mesure de résister à l’attrait de tirer parti de son succès de manière à nuire à la compétitivité globale du marché, appelant à «ne pas devenir malveillant» (« Don’t be Evil »), qui est une référence à l’ancien slogan de Google qui ne peut être trouvé que dans son Code de conduite suite à sa restructuration en fin d’année 2015.

Vivaldi exploite un navigateur Internet open source du même nom basé sur le projet Chromium de Google et M. von Tetzchner a eu l’occasion de collaborer avec la société Mountain View, en Californie, pendant son séjour chez Opera Software, une autre société derrière un navigateur qu’il a cofondé. Dans son billet de blog de lundi, il rappelle comment Opera a été le premier navigateur à intégrer Google Search dans son interface, affirmant que son impression initiale de l’entreprise et de ses deux cofondateurs était largement positive, avec les entreprises partenaires à la fin des années 90 lorsque Google n’était juste qu’une jeune entreprise. Aujourd’hui, le géant technologique empêche les utilisateurs d’Opera et Vivaldi d’accéder au service Google Docs dans le cadre d’un changement que M. von Tetzchner juge anti-compétitif, notant comment les utilisateurs de l’entreprise sont forcés d’éviter complètement Google Docs ou en les contraignant à accéder au service à partir d’un autre navigateur comme Chrome ou Firefox. En outre, les campagnes AdWords de Vivaldi ont été suspendues à deux reprises sans préavis, le PDG de l’entreprise affirmant que Google a opté pour cette mesure afin de le punir d’avoir critiquer publiquement ses pratiques de collecte de données qu’il a précédemment qualifié de « menaces pour la démocratie » et ayant le potentiel de se transformer en un système de «propagande sur mesure».

Il a fallu à Vivaldi trois mois pour être réintégré dans AdWords, l’entreprise utilisant ce service pour annoncer son alternative à Chrome et M. von Tetzchner soutenant que le processus impliquait de se conformer à certaines lignes directrices que Google lui-même ne suivait pas à l’éopque, ce qui suggère que l’affaire entière était simplement une façon pour Google d’intimider un concurrent plus petit. Le chef de la direction de Vivaldi a terminé ses pensées en disant que ses dernières expériences avec Google sont conformes aux récents problèmes antitrust que l’entreprise avait en Europe, ce qui a entraîné une amende anticoncurrentielle historique et une série de sanctions que l’entreprise n’a pas encore respecté.

Articles recommandés