France

Emmanuel Macron promet la couverture totale en haut et très haut débit dès 2020

Par

le

Lors de son discours de clôture de la Conférence des territoires, Emmanuel Macron a annoncé que la couverture de l’ensemble du territoire en haut et très haut débit devait être réalisée dès 2020.

Au cours de la Conférence Nationale des Territoires au Sénat, le Président de la République a réaffirmé ses ambitions en matière de très haut débit. Pour Emmanuel Macron, la couverture de l’ensemble du territoire en haut et très haut débit devait être réalisée dès 2020, soit 2 ans plus tôt que prévu.

« Je souhaite encore accélérer le calendrier afin de parvenir à une couverture en haut et très haut débit d’ici à la fin de l’année 2020 » et « non plus 2022 », a déclaré le chef de l’État lundi.

Le 4 juillet, lors de sa déclaration de politique générale, le Premier Ministre Édouard Philippe assurait de tenir le plan très haut débit lancé en 2013 pour connecter l’ensemble du territoire français d’ici l’année 2022. A l’époque, ce projet avait été chiffré à 20 milliards d’euros sur dix ans, dont 3 milliards à la charge de l’État.

Toutefois, l’accélération du calendrier par rapport au précédent plan Très Haut Débit gouvernemental, ne se fera pas sans certaines concessions. En effet, le président a tenu à préciser durant son discours l’impossibilité de fibrer tout le territoire français et que des technologies alternatives devraient être utilisées pour garantir une couverture d’ici 2020. « Il est impossible de tenir la promesse de tirer de la fibre dans tous les logements de la République, cette promesse est intenable technologiquement et financièrement », a expliqué le président.

Les opérateurs sont donc invités à mettre en place des technologies alternatives afin de déployer, non pas la fibre optique, mais des technologies telles que la 4G voire le satellite dans les zones jugées comme peu rentables. De ce façon, on ne parlerait plus de « très haut débit » partout en France, mais simplement de « haut débit ». Pour rappel, ces technologies alternatives n’offrent pas toutes un débit supérieur à 30 Mb/s, contrairement à la fibre optique.

Le chef de l’Etat a déclaré qu’une part du plan d’investissement de 50 milliards d’euros sera allouée au déploiement du haut et très haut débit et, « en cas de nécessité » ,se substituer aux opérateurs.

Articles recommandés