Business

Windows 10 désactive temporairement les antivirus concurrents, admet Microsoft

Par

le

Microsoft a répondu aux plaintes de Kaspersky Lab selon lesquelles la société utilise sa position dominante pour désactiver temporairement les antivirus concurrents.

Au début de ce mois-ci, Kaspersky Lab avait déposé une plainte antitrust auprès de la Commission européenne contre Microsoft. Cela faisait suite à une plainte similaire déposée auprès du Russia’s Federal Antimonopoly Service (FAS), affirmant que Microsoft utilise sa position dominante avec Windows pour proposer son propre logiciel anti-virus sur les produits concurrents avec Windows 10. Cette semaine, l’entreprise de Redmond a admis que le système d’exploitation désactive ces produits, mais seulement pendant un court laps de temps.

Kaspersky (et d’autres) disent que Microsoft abuse de sa position sur le marché « pour promouvoir férocement son propre logiciel de sécurité -inférieur- aux dépens de la solution de sécurité précédemment choisie par les utilisateurs ».

Dans un long billet de blog, Rob Lefferts, directeur de la sécurité dans le groupe Windows and Devices, écrit que la Creators Update de Windows 10 a temporairement désactivé un logiciel antivirus tiers: « Pour le petit nombre d’applications qui nécessitaient encore une mise à jour, nous avons conçu une fonctionnalité uniquement pour les applications AV qui inciteraient le client à installer une nouvelle version de son application AV juste après la mise à jour. Pour ce faire, nous avons d’abord désactivé temporairement certaines parties du logiciel AV lorsque la mise à jour a commencé. »

Lefferts affirme également que Defender « n’exécute pas d’analyses périodiques sans action explicite du client ni ne protège jusqu’à ce que la solution concurrente choisie ne protège plus le périphérique Windows 10 en raison de son expiration ».

Bien qu’il ne mentionne pas précisément Kaspersky ni les plaintes en question, le billet de blog aborde certaines des questions de l’entreprise russe. Il indique que Microsoft travaille avec des partenaires antivirus externes pour assurer la compatibilité, mais Kaspersky dit que son plus gros problème avec Microsoft est le fait que l’entreprise américaine a réduit le temps accordé aux développeurs pour des tests de compatibilité, passant de deux mois à six jours. Si Windows 10 détecte un logiciel de sécurité incompatible, le système d’exploitation va l’arrêter et exécuter Defender à sa place.

Lefferts conteste également l’affirmation de Kaspersky selon laquelle Defender est un produit inférieur. Il souligne les récents tests en condition réelle qui montrent que le logiciel de Windows obtient des taux de détection de 99,5%, ce qui le place juste sous Kaspersky, Avast, AVG et Trend Micro.

Articles recommandés