Technologie

SpaceX envisage de commencer à fournir une connexion internet par satellite en 2019

Par

le

SpaceX veut commencer à fournir une connexion internet par satellite en 2019, avec un test initial à effectuer d’ici la fin de cette année.

SpaceX a révélé vouloir commencer à fournir une connexion internet par satellite en 2019. La société fondée par Elon Musk a demandé l’autorisation de la Federal Communications Commission en novembre dernier pour lancer plus de 4.400 satellites dans l’espace, ce qui offrira une connexion haut débit à travers le monde.

Patricia Cooper, vice-président des affaires gouvernementales chez SpaceX, a élaboré le plan de l’entreprise lors d’une audience du Sénat et vise à lancer un prototype cette année avant d’en lancer un autre en 2018. SpaceX ne construirait qu’un réseau commercial de ces satellites après un test réussi cette année. Pour que le réseau atteigne sa pleine capacité, la société devra envoyer officiellement ces satellites par phases jusqu’en 2024, selon The Verge.

Le réseau composé de 4.425 satellites et placé sur l’orbite terrestre fournira un service haut débit « semblable à de la fibre » dans une zone étendue. Ces satellites opéreront dans 83 plans orbitaux différents allant de 1.110 kilomètres à 1.325 kilomètres. Comme le mentionne Cooper, le réseau de satellites peut « diriger dynamiquement un large éventail de faisceaux pour concentrer la capacité où elle sera nécessaire. »

L’année dernière, en juin 2016, Facebook a effectué un test d’aviation réussi de son drone appelé Aquila dans une petite ville du sud-ouest de l’Arizona. Ce drone en forme de V a lui aussi pour but d’offrir un accès Internet aux zones les plus reculées du globe. «J’ai le sentiment que c’est une étape tellement importante pour l’entreprise et pour connecter le monde, que je me dois d’être là», a déclaré le PDG de l’entreprise Mark Zuckerberg en lançant Aquila. Le drone du réseau social a une envergure supérieure à celle un Boeing 737, pour un poids inférieur à celui-ci d’une petite voiture (400 kg), et l’ensemble du drone est géré par un ordinateur.

Dans la course au monde connecté, un autre grand nom du secteur technologique serait tenté d’explorer les services Internet par satellite, et il s’agit d’Apple. Selon un récent rapport de Bloomberg, le géant de Cupertino travaille secrètement sur ses satellites internet. Des spéculations ont été déclenchées après qu’Apple a engagé John Fenwick et Michael Trela d’Alphabet, la maison mère de Google. Fenwick et Terla sont des ex-employés de Google et étaient en charge respectivement des opérations satellites et de l’ingénierie des satellites.

Articles recommandés