France

La CNIL condamne Facebook à une amende de 150 000 euros pour divers manquements à la loi

Par

le

Facebook a reçu une amende de 150 000 € par la CNIL pour divers manquements à la loi vis à vis de l’exploitation des données des utilisateurs à des fins publicitaires.

Dans un signe de la tension actuelle entre les responsables européens de la protection de la vie privée et Facebook, le réseau social a été condamné aujourd’hui à une amende de 150 000 euros en France pour de nombreux manquements à la Loi informatique et libertés dans sa gestion des données des utilisateurs.

L’amende est modeste pour une entreprise de taille de Facebook. Mais la Commission nationale française de l’informatique, ou CNIL, a noté que la France n’est qu’un des nombreux pays européens qui ont investigué sur ces changements. La Belgique, l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Espagne ont également des enquêtes en cours.

Le problème concerne l’annonce que Facebook a faite à l’époque concernant un nouvel outil qui, selon lui, contribuerait à simplifier la gestion des utilisateurs de leurs informations, ainsi qu’à préciser qui pouvait et ne pouvait pas voir ces informations. Facebook a lancé les Privacy Basics pour répondre aux critiques en cours sur le flou de ses règles et les difficultés pour comprendre comment et quand différents contenus pouvaient être vus par d’autres.

Cependant, plusieurs agences de données européennes ont déclaré que les changements imposaient également de nouvelles règles qui permettaient à Facebook de combiner les données des utilisateurs de nouvelles façons et de les suivre via des cookies qui violaient les lois sur la vie privée.

La CNIL a déclaré qu’il n’était pas clair pour les utilisateurs, par exemple, si Facebook continuait à recueillir desinformations sur eux même lorsqu’ils visitaient des sites tiers ayant installé l’un des modules sociaux de l’entreprise.

La commission française a publiquement mis en demeure en janvier 2016, exigeant que Facebook devait modifier ses termes concernant la combinaison de données utilisateur et le suivi des utilisateurs. Mais la CNIL a décidé que la société n’avait pas pris suffisamment d’actions depuis cette date.

Après une audience tenue le 23 mars, la CNIL a donc décidé de procéder à l’amende.

Articles recommandés