Mobile

Près d’un cinquième des téléphones portables sont faux selon l’OCDE

Par

le

Près d’un cinquième des téléphones portables et un quart des consoles de jeux vidéo vendus à l’échelle internationale sont des contrefaçons, selon les données de l’OCDE.

Selon un rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), près de 20 pour cent des téléphones portables et 25 pour cent des consoles de jeux vidéo vendus dans le monde sont des contrefaçons, et les chiffres ne cessent d’augmenter.

Le rapport intitulé Trade in Counterfeit ICT Goods définit la contrefaçon en tant que violation des droits de la propriété intellectuelle, soit un faux produit fait pour ressembler à un article légitime d’une marque. Le rapport a révélé que la Chine était la principale source de produits contrefaits des technologies de l’information et de la communication (TIC), et les technologies des États-Unis comme les principales cibles.

Le rapport détaille les techniques employées par les contrevenants pour produire et expédier ces produits afin d’éviter toute détection, souvent dans un labyrinthe de ports et avec de fausses étiquettes ajoutées dans un pays extérieur.

Les produits contrefaçons copient des produits tels que des batteries de smartphones, des chargeurs, des cartes mémoires, des cartes magnétiques, des disques statiques (SSD) et des lecteurs de musique, selon le rapport. Sur la base des dernières données datant de 2013, en moyenne, 6,5 pour cent des produits TIC sont faux. Ces copies ont généré une perte de 143 milliards de dollars aux entreprises victimes et ce chiffre est en hausse. L’étude a également souligné les menaces pour la sécurité et la santé des contrefaçons, qui utilisent souvent des composants bas de gamme ou dangereux.

« Dans une industrie qui s’appuie fortement sur les droits de propriété intellectuelle, la contrefaçon des TIC repose sur la confiance des consommateurs sur les marques établies et pose des risques pour leur santé, leur sécurité et leur vie privée », peut-on lire dans le rapport.

Le rapport a été lancé avant le Forum global sur la lutte anti-corruption et la sauvegarde de l’intégrité de l’OCDE, qui aura lieu du 30 au 31 mars.

Articles recommandés