Monde

La justice américaine estime qu’un GIF peut être considéré comme une « arme mortelle »

Par

le

Un GIF qui a déclenché une crise d’épilepsie à un journaliste américain est considéré comme une « arme mortelle », a déclaré un grand jury du Texas.

Un homme a été accusé d’agression grave avec une arme mortelle après avoir envoyé à un journaliste épileptique un tweet contenant un GIF stroboscopique. Kurt Eichenwald, journaliste de Newsweek, a eu une crise épileptique de huit minutes après avoir vu le message et a souffert d’effets secondaires pendant plusieurs mois.

John Rayne Rivello, âgé de 29 ans, a été arrêté vendredi, trois mois après l’envoi du «tweet mortel» à Eichenwald. Le Washington Post rapporte que les accusations de Rivello portent sur les crimes haineux «basés sur un prétendu préjugé antisémite associé au crime». Il a été libéré hier après avoir payé une caution de 100 000 $.

Rivello semblait avoir bien couvert ses arrières, en utilisant un compte Twitter anonyme sur une carte SIM prépayée qu’il avait achetée en cash. Mais les documents non scellés découverts par The Verge révèlent comment il a finalement été trouvé.

La police a commencé par envoyer une ordonnance du tribunal à Twitter lui demandant de remettre tous les détails relatifs au compte @jew_goldstein, que Rivello a utilisé pour envoyer le tweet. Son message comprenait également les mots « Tu mérites une attaque pour tes posts. »

Les informations de Twitter ne révèlent pas beaucoup plus qu’une adresse e-mail factice, mais elle contenait le numéro Tracfone utilisé par Rivello. Comme il n’y avait pas de détails à propos de l’abonné associés au numéro, la police s’est tournée vers AT&T, dont Tracfone utilise le réseau.

Le géant des télécoms ne pouvait pas non plus trouver d’indices quant à l’identité de l’auteur, bien que dans ses registres, des informations montraient que la carte SIM avait été utilisée avec un iPhone 6. Après avoir envoyé quelques mandats à Apple, la société a finalement découvert que l’ancien compte iCloud appartenant à John Rivello de Salisbury, Maryland, était associé à ce numéro de téléphone.

Le compte iCloud de Rivello comprenait une capture d’écran de la réponse de la femme d’Eichenwald au GIF stroboscopique, une autre capture d’écran de la page Wikipedia d’Eichenwald qui avait été modifiée pour montrer une date de décès et d’autres preuves incriminantes. Il y avait également une photo de lui tenant son permis de conduire montrant une photo et une adresse, ce qui a facilité le travail aux enquêteurs.

Les autorités disent que Rivello a ciblé Eichenwald « pour se venger des critiques formulées par Kurt Eichenwald contre Donald Trump ». Eichenwald a récemment tweeté que depuis l’attaque, il a reçu plus de 40 autres GIF avec des effets stroboscopiques.

Le suspect doit être présenté à un juge en vue de son inculpation pour cyber-harcèlement avec l’intention de tuer ou de porter une atteinte physique, un chef d’accusation qui peut lui valoir jusqu’à dix ans de prison.

Articles recommandés