Science

Des biologistes prévoient ramener le mammouth laineux à la vie d’ici 2019

Par

le

Une équipe de chercheurs croit pouvoir ramener le mammouth laineux à la vie dans les deux prochaines années, soit 4000 ans après son extinction.

Ils n’ouvrent pas encore « Jurassic Park », mais les scientifiques sont de plus en plus proches de ramener un des animaux emblématiques de l’histoire de la Terre. Une équipe de l’Université de Harvard a annoncé être à deux ans de créer potentiellement un embryon hybride de mammouth-éléphant. Cette étape pourrait conduire à la résurrection éventuelle du mammouth laineux, un animal qui a disparu il y a seulement 4000 ans.

Les scientifiques sont dirigés par le généticien et professeur George Church, professeur de génétique et directeur du National Institutes of Health Center of Excellence in Genomic Science à Harvard. Il a expliqué que l’embryon qu’ils cherchent à produire à l’aide de la technique d’édition de gène Crispr serait d’un éléphant d’Asie, avec des gènes de mammouth laineux dans le génome. Les gènes seraient prélevés sur des restes de mammouth gelés.

«Notre objectif est de produire un embryon hybride éléphant-mammouth», a expliqué le professeur Church dans une interview avec The Guardian. « En réalité, il s’agirait plutôt d’un éléphant avec de nombreuses caractéristiques d’un mammouth. Nous n’y sommes pas encore, mais cela pourrait arriver dans deux ans. »

Comment appeler la créature résultante ? Un mammophant. Bien que ce ne soit pas exactement un mammouth, il aurait beaucoup de traits empruntés au mammouth comme les poils, petites oreilles et le sang qui lui permet de résister aux températures extrêmes.

Il faudra encore des années pour passer de la création d’un embryon à un mammifère à part entière. Le but serait de le nourrir dans un utérus artificiel, vu que l’idée précédente de l’équipe d’implanter un embryon dans un éléphant vivant a fait l’objet d’une polémique. En effet, l’animal serait probablement mort à la suite de la procédure.

Après avoir commencé le projet en 2015, l’équipe a augmenté de 15 à 45 le nombre de «modifications» de l’ADN de mammouth épissé dans le génome de l’éléphant.

« Nous travaillons sur des façons d’évaluer l’impact de toutes ces modifications, et nous essayons essentiellement d’établir l’embryogenèse dans le laboratoire », a déclaré Church.

Leur travail est controversé car certains voient la résurrection des animaux éteints à être effectuée avec des conséquences imprévisibles. Comment l’introduction d’un mammouth ou d’un mammouth laineux affecterait-elle les éléphants et autres animaux ?

À part les considérations éthiques, le travail de l’équipe se poursuit. Ils ont été capables de développer un embryon de souris dans un utérus artificiel pour la moitié de sa période de gestation, soit 10 jours. La période de gestation nécessaire pour un veau d’éléphant, qui est de 660 jours, est un exploit beaucoup plus difficile.

« Nous testons la croissance de souris ex-vivo. Il y a des expériences décrites dans la littérature des années 1980, mais il n’y a pas eu beaucoup d’intérêt pendant un certain temps », a élaboré le professeur Church. «Aujourd’hui, nous disposons d’une toute nouvelle technologie, et nous l’examinons à nouveau.»

Outre le fait de voir un animal préhistorique, il y a quelques autres avantages de ramener à la vie le mammouth laineux, selon Church. En particulier, ils aideraient à préserver l’éléphant d’Asie qui est en voie de disparition. Curieusement, les mammouths auront également un impact sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Les mammouths laineux pourraient empêcher les permafrosts de toundra de fondre, un événement qui libérerait une quantité massive de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

Articles recommandés